jeudi 1 septembre 2016

Jean Brodeur dit Lavigne et Marie-Anne Messier


Jean Brodeur dit Lavigne est le fils de Jean et Françoise Frogent, aussi nommée Froget, Frogeret ou encore Forget. Il est né à Niel, Luçon, France vers 1653. Malheureusement, je n’ai pas pu trouver le nom du bateau qui lui a permis de faire le voyage en Nouvelle-France. Jean venait d’une époque où la guerre entre protestant et catholique faisait rage. Est-ce pour cela qu’il a tenté l’aventure ou est-ce l’espérance d’avoir une vie meilleure?


On sait que Jean était déjà ici en 1675, il avait donc 22 ans. Il avait été choisi pour être le parrain de Jacques Beaudoin, baptisé à Repentigny le 28 octobre 1675. C’est la première trace écrite retrouvée dans les archives de la Nouvelle-France mentionnant le nom de Jean.

C’est le 31 janvier 1679, à Boucherville, que Jean à uni sa destinée avec Marie-Anne Le Messier, la fille de Michel Messier et d’Anne Lemoine. elle n’avait pas encore atteint ses 14 ans. Jean en avait 25. Fait amusant, Ce jour-là, il y a eu mariage double. La sœur de Marie-Anne, Jeanne, s’est mariée avec Ignace Hébert le même jour.

Anne Lemoine, on l’a vu, est la mère de Marie-Anne Mercier. Celle-ci était la sœur du grand explorateur Pierre Lemoine d’Iberville. Jean était donc devenu neveu par alliance de cet important personnage historique. Michel Le Messier de la Guillaudière, le père d’Anne, n’était nul autre que le seigneur du Cap St-Michel de Varennes. D’ailleurs, les témoins du mariage n’étaient nul autre que Jean-Baptiste Legardeur, seigneur de Repentigny, François Jarret de Verchères (le père de Madeleine de Verchères) et Jean-François Bourdon, seigneur de Dombourg. Jean Le Brodeur était maintenant de la cour des grands. En 1681, on mentionne qu’il habitait avec Marie-Anne à Boucherville, qu’il possédait un fusil, six bêtes à cornes et douze arpents de terre en valeur.

Jean et Marie-Anne sont fort probablement les ancêtres de tout les Brodeur de souche d’Amérique. Le couple a quand même eu 16 enfants. 8 d’entres eux, dont 5 garçons, se sont mariés. Les autres sont malheureusement décédés avant l’âge de se marier.

Il parait que leur fils Christophe, marié à Marguerite Bousquet, serait la branche ayant la plus grosse descendance. La famille de ma mère, elle, descends de celle de leur fils  Jean Baptiste Marie Le Brodeur, marié avec Marie-Anne Tétreau Ducharme le 11 novembre 1727 à Verchères.

Jean est décédé le 25 décembre 1718 et a eu sa sépulture le 26 décembre 1718 à Varennes. Marie-Anne, qui lui survivait, a mariée en deuxième noce Alexandre Petit dit Nouville le 8 janvier 1721. Le nouveau couple n’a pas eu d’enfants. Marie-Anne est décédée le 13 décembre 1751 et sa sépulture a eu lieu le 14 décembre 1751 à Varennes.

Un petit potin? Il parait que le nom de famille de Brodeur dit Lavigne viendrait du fait que le métier familial était brodeur de vigne. Les brodeurs de vignes devaient attacher les tiges sur une corde horizontale pour que les vignes soient bien droites et que la lumière touche toutes les grappes de raisins. Je ne sais pas si c’est vrai, mais je trouve cette explication romantique et je me plais à croire que j’avais des ancêtres brodeurs de vignes.



Source :

http://lequebecunehistoiredefamille.com

http://franlorion.blogspot.ca

http://genealogiequebec.info

http://www.genealogie.umontreal.ca/

Livre « Nos Ancêtre », volume 9; par Gérard Lebel, C.Ss.R.; Sainte-Anne-de-Beaupré, 1984; Pages 104 à 110

1 commentaire: